OHOETTILTO

OHO ET TILT O

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Satprem et Luc Venet, etc. Concernant le texte de Venet en 07 Deuxième complément à la Contribution, concernant "Patrice" Marot. (6 p. en caractères 14)



DEUXIÈME COMPLÉMENT À LA CONTRIBUTION
À L'AFFAIRE DU CONFLIT ENTRE, NOTAMMENT,
LUC VENET ET SATPREM,
ET QUI EST RELATIF À « PATRICE » MAROT



Que se passa-t-il pour Patrice Marot ? Quelles furent les causes de son suicide ? Les réponses ne sont pas apportées ci-après mais il y a un bilan de ce qui est connu publiquement par internet et aussi quelques pas faits pour tenter d'avancer vers l'explication.


PREMIÈRES QUESTIONS

L'éditeur « Mira Aditi Centre » est à Mysore, en Inde. C'est une sorte d'Institut de recherches évolutives, dont Satprem semble avoir été un dirigeant.

En 01, ce M. A. C. publia le petit livre de Michel Danino titré Kali Yuga or the age of Confusion. Ce livre est hindouiste, favorable à l'augmentation de la domination hindouiste en Inde, et met une partie de la connaissance apportée par Sri Aurobindo et la Mère au service de la religion hindouiste.

Patrice Marot fut le directeur de Mira Aditi Centre avant de le quitter, peut-être en 04, et de se suicider en 06 comme le raconte L. V. dans son texte de 07. C'est lui qui édita le livre indiqué ci-dessus.

Est-ce que Satprem le lui reprocha ?
Est-ce que Satprem lui reprocha d'autres choses ?
Est-ce que c'est pour ça que P. M. finit par se suicider ?

Il est probable que c'est à cause de quelque chose qui est lié à sa relation avec Satprem qu'il finit par se suicider.

Est-ce qu'il y eut la même situation que pour L. V. (et son projet de transformation), et que pour Mi. et Ni. (et leur hindouisme et ce qui va avec) ? Si oui, ceci aurait existé. Satprem annonça quelque chose concernant ce qui devrait exister. P. M., peut-être parce qu'il voulut plaire à Satprem, se mit à agir en faveur de ce qui, selon celui-ci, devrait exister. Satprem finit par constater que ce qu'avait fait P. M. était mauvais et le lui reprocha, mais sans reconnaître que c'est lui qui avait poussé à cela, (et alors que P. M. n'était pas obligé de se laisser pousser ainsi et fut donc responsable de son action). L'hypothèse qui vient d'être indiquée correspond-elle à la réalité ? Si oui, et si l'on tient compte d'un accroissement de gravité entre le déraillement de L. V. et celui de M. et N., est-ce que celui de P. M. fut pire ?

(Par ailleurs, est-ce que tous ces individus chutèrent par la cause première, la cause la plus superficielle, qui les avait fait s'intéresser à Sri Aurobindo et la Mère ?)

Comment avoir des informations ?


L'APPORT DE LUC VENET

Dans le texte que Luc Venet publia sur internet en 07, il y a ceci. « Patrice [...] Même si personne ne comprend rien à ton suicide. Moi, je sais les tourments qui t'ont assailli, et qui ont fini par avoir raison de toi – car les mêmes tourments ont bien failli m'emporter aussi. [...] Patrice est mort. Sujet à la dépressison – "Cet être tourmenté..." dira Sujata – il quittera l'Inde vers 2005, sans tambour ni trompette (l'épisode Michel-Nicole, pas si lointain, forçait à une certaine discrétion), pour tâcher de se réinsérer en France, après avoir servi plus de vingt ans, lui aussi. Et comment un être que j'avais connu si plein de dynamisme et de joie de vivre, [...] pouvait-il se retrouver "tourmenté" après tout ce temps ? Quelle était la nature de ce tourment ? Voilà ce qu'il serait intéressant de savoir. Un mystère sidérant – et aussi odieux – que [...]. »


L'APPORT DE BONI MENATO

Dans la première lettre que Boni Menato écrivit pour soutenir Luc Venet et que celui-ci publia sur internet à côté de la sienne, il y a ceci. « [...] en 2006 ce fut le tour de ce pauvre Patrice. Je dis 'pauvre' car je ressens une profonde compassion pour ce gars que je connaissais assez bien (il avait passé entre autre une semaine chez nous à la campagne, avec Rose) : il était si laborieux et enthousiaste, mais il avait l'air vraiment trop dépendant des oracles de Satprem/Sujata. Il avait choisi de SE SOUMETTRE à leurs jugements, et donc la responsabilité ultime de son suicide est à lui. Le Séducteur a bien ses fautes : mais gare à ceux qui se laissent séduire ! »


L'APPORT DE BARIN CHAKI

L'Indien Barin Chaki travailla pour Mira Aditi Centre en étant le traducteur en bengali de livres publiés par cet éditeur.
Après la mort de Patrice Marot, il publia sur internet une lettre qui, à l'intérieur d'elle-même, est datée du 27 octobre 06. (L'auteur y écrit qu'il ne vit jamais P. M. mais qu'ils se téléphonaient et s'écrivaient.)

Plus exactement, Barin Chaki publia deux versions de cette lettre. Le passage différent concerne la cause du départ de P. M. de Mira Aditi Centre (M.A.C.) ainsi que l'évocation de problèmes qui existèrent dans cet organisme et qui semblent relatifs à cette affaire.

La version publiée sur internet le 27 octobre 06 s'y trouve en y écrivant ceci avec les guillemets : "barin chaki" "Patrice Marot is no more". (Patrice Marot n'est plus.)
Dans la lettre, le passage commence ainsi : « Patrice left Mira Aditi in 2004 ».
Voici une traduction, faite d'après celle automatique de Google puis améliorée notamment d'après l'anglais. Patrice quitta Mira Aditi en 2004. Patrice, avant son départ, ne m'informa de rien. Je finis par savoir quelque chose d'après d'autres personnes travaillant dans Mira Aditi et quelques autres personnes impliquées avec Mira Aditi. J'ai gardé contact avec Michel Danino après son départ de Mira Aditi. Il est maintenant le fondateur de l'IFIH, dont je suis aussi un membre. Mais je ne pus retrouver Patrice.

La version publiée sur internet deux jours plus tard, le 29 octobre, s'y trouve en y écrivant ceci avec les guillemets : "barin chaki" "Patrice Marot will be remembered". (On se souviendra de Patrice Marot.)
Dans la lettre, le passage commence ainsi. « Patrice was asked to quit Mira Aditi in 2004 ».
Voici une traduction, faite d'après celle automatique de Google puis améliorée notamment d'après l'anglais. Il fut demandé à Patrice de quitter Mira Aditi en 2004. Avant cela et aussi après, d'autres personnes aussi durent quitter, notamment le bien-connu Michel Danino, qui traduisit presque tous les livres de Satprem du français vers l'anglais, et qui est maintenant le fondateur de l'IFIH. La raison fut peut-être quelques perturbations créées dans Mira Aditi. Je dus quitter aussi. Patrice, avant son départ, ne m'informa de rien. Je finis par tout savoir d'après d'autres personnes travaillant dans Mira Aditi et quelques autres personnes impliquées avec Mira Aditi. J'ai gardé contact avec Michel Danino après son départ de Mira Aditi. Il est maintenant le fondateur de l'IFIH, dont je suis aussi un membre. Mais je ne pus retrouver Patrice.

On aurait pu s'attendre à ce qu'il y ait d'abord la version parlant d'expulsion de Patrice, puis l'autre version. (Il est possible qu'il y ait d'autres publications sur d'autres sites internet à d'autres dates dans la fin d'octobre, pas avant le 27 qui est la date contenue dans la lettre.) Quelle est l'explication de cela ? Barin Chaki pourrait apporter la réponse.

Quoi qu'il en soit, le résultat est ceci.
Barin Chaki, comme d'autres personnes qu'il évoque et qui travaillent ou travaillaient dans M.A.C. ou avec cet organisme, savent des choses concernant la cause du départ de P. M. de M.A.C. et concernant la relation entre lui et Satprem. Pourquoi ne disent-ils rien ? Tous ces individus devraient dire ce qu'ils savent, en distinguant les faits certains, les suppositions, les déductions, etc.

Est-ce que ce qu'ils savent correspond à l'hypothèse indiquée ci-dessus d'une même situation que pour L. V. (et son projet de transformation), et que pour Mi. et Ni. (et leur hindouisme et ce qui va avec) ?

Adresser des reproches à Satprem concernant certains de ses éléments n'est pas être ennemi de tout celui-ci, et de toute son action. Puisque beaucoup d'éléments de cette affaire sont déjà mis dans la vie collective, avec beaucoup d'éléments pas clairs, apporter de la lumière, de la vérité, serait bénéfique.

Selon l'une des deux versions de la lettre de Chaki, il fut demandé à P. M. de quitter M.A.C., et c'est Satprem qui semble avoir fait cette demande.
Après le départ de P. M., est-ce qu'il fut demandé à d'autres individus de quitter M.A.C. ? Pourquoi Barin Chaki le quitta ? Est-ce qu'il y eut d'autres individus qui partirent pour le même genre de cause ?
Barin Chaki est membre de l'organisme créé par Michel Danino : « International Forum For India's Heritage » (IFIH), « Forum International pour le patrimoine de l'Inde ». C'est un organisme hindouiste, voulant augmenter la domination hindouiste en Inde et qui met une partie de la connaissance apportée par Sri Aurobindo et la Mère au service de la religion hindouiste. Est-ce que c'est pour cela que Barin Chaki dut cesser de travailler pour M.A.C. ?



L'APPORT DE ROSE MAROT

La femme de P. M. est nommée Rose Marot. Elle considéra utile de répondre à Barin Chaki.

Cette lettre en anglais du 7 février 07 se trouve sur internet en y écrivant tout ceci avec les guillemets : "rose marot" "patrice marot" "barin chaki" sulekha .
En plus d'un remerciement adressé à Barin Chaki et d'autres choses, l'essentiel est qu'elle voulut corriger un passage important de la lettre de celui-ci publiée le 29 octobre 06, celle qui contient : Il fut demandé à Patrice de quitter Mira Aditi.

Rose Marot dit qu'il ne fut pas demandé à P. M. de quitter M.A.C. mais que celui-ci décida de le quitter car il n'était pas bien du tout.
Elle ne dit pas la cause du grand malaise dans lequel était P. M.
Ce fut évidemment quelque chose qui était en relation avec Satprem.
La demande faite par celui-ci avait pu être implicite, sous-entendue, comme une pression. D'ailleurs, il n'y avait peut-être même pas besoin d'une telle demande car la connaissance d'un désaccord pouvait suffire.

C'est dans cette lettre aussi qu'elle cite la fin d'une lettre de Pa. écrite le 29 juin 06 avant de se suicider le même jour, dont la traduction est ceci :
...et mon amour fraternel à Satprem et Sujata. Puissent-ils me garder dans leur coeur !
(Est-ce que cette lettre contient d'autres informations utiles à la compréhension de toute l'affaire ?)

Il apparaît ceci.

Rose Marot veut croire ou diffuser l'idée que la relation entre P. M. et Satprem fut bonne jusqu'à la fin.
Elle ne veut pas voir ou laisser penser qu'il y eut des problèmes entre eux.

Elle ne veut donc pas savoir si, en P. M., il y eut des éléments qui déplurent à Satprem (même si, au fond d'elle-même, elle sait déjà qu'il y en eut).
Elle ne veut pas savoir s'il y eut, en P. M., des éléments, objectivement mauvais, contre lesquels Satprem eut raison de s'opposer.
Elle ne veut pas savoir si Satprem eut des torts.

Elle semble s'occuper à nier le conflit qui apparut forcément entre P. M. et Satprem.
Pourtant, le suicide n'arriva pas sans cause et c'est visiblement lié à la relation entre lui et Satprem.
D'ailleurs, les derniers mots de la lettre de P. M. le montrent aussi.

La plus grande erreur de P. M. est déjà connue : s'être suicidé.
Rose M. ne devrait pas craindre que d'autres erreurs de P. M. soient annoncées.


CE QUE ROSE MAROT POURRAIT FAIRE

Rose M. est en vie après la mort de son mari.
Elle vit l'engrenage qui mena celui-ci jusqu'au suicide.
Elle pourrait s'occuper de comprendre ce qui n'alla pas. Elle pourrait s'occuper de mettre de la lumière.

Mais elle semble continuer la position qu'eut son mari... et elle-même.
Elle veut ne pas voir clair. Elle veut s'illusionner, elle veut l'obscurité.
Son psychique se retrouvera dans une prochaine vie dans un individu qui rencontrera peut-être l'individu dans lequel se retrouvera le psychique qui était dans Pa., et les deux individus pourraient se mettre à vivre ensemble.
Ils pourraient se retrouver dans une situation du même genre que celle qui mena au suicide de l'un d'eux.
L'individu qui correspondra à P. M. se retrouvera peut-être dans le même engrenage.
Si Rose M. apprenait maintenant ce qui n'alla pas, son équivalent dans une prochaine vie pourrait le dire à l'équivalent de P. M., pourrait aider celui-ci.
Mais s'il y a maintenant la volonté de ne pas savoir et celle de s'illusionner, si même le suicide ne sert pas de leçon, c'est une poussée dans l'engrenage qui pourrait exister plus tard avec peut-être encore le même aboutissement... sauf si autre chose intervient pour y faire échapper. (Cette éventuelle future poussée dans l'engrenage sera-t-elle la première ou une de plus ? Si c'est une de plus, est-ce qu'elle sera pire que la précédente ?)

Mise à jour le Vendredi, 23 Mars 2012 08:47